Les mesures de la BCE pour relancer le crédit

Johan Garcia • 05 Juin 2014 • 15:24

Mario Draghi a dévoilé jeudi 5 juin les nouvelles mesures de politique monétaire de la Banque centrale européenne. Sans surprise, le taux de refinancement tombe à 0,15%, tandis que le taux de facilité de dépôt passe en territoire négatif, une première historique. Objectif, encourager le crédit.

Les mesures de la BCE pour relancer le créditMario Draghi Président de la BCE (Source Getty Images)

Les mesures étaient en partie attendues. Sans grande surprise, le Président de la Banque centrale européenne (BCE), Mario Draghi, a annoncé jeudi 5 juin, à Francfort (Allemagne), que l'institution avait décidé d'abaisser son principal taux directeur. Le taux de refinancement, c'est-à-dire le principal taux de prêt aux banques, diminue ainsi de 0,10 point à 0,15%. Le taux de facilité de dépöt devient même négatif, à -0,10%, une première historique.

Ces mesures sont motivées par trois challenges auxquels doit faire face Mario Draghi, dans la Zone Euro. Le risque de déflation est aujourd'hui largement au-dessus du niveau souhaité par la BCE ; l'Euro est toujours trop élevé face au dollar et le niveau de crédit accordé par les banques européennes trop faible pour relancer la consommation.

Un ensemble de mesures pour encourager l'octroi de crédits

« Nous avons décidé d'une combinaison de mesure pour soutenir les prêts à l'économie réelle », a annoncé le Président de la BCE en début de conférence de presse. La BCE va ainsi lancer deux LTRO, c'est-à-dire deux prêts à long terme de 4 ans aux banques, à des taux avantageux, pour encourager le crédit aux particuliers et aux entreprises.

La banque européenne doit également poursuivre l'octroi illimité de liquidités à court terme pour les banques. Une mesure qui se prolongera au minimum jusqu'en décembre 2016. Comme l'a toutefois rappelé Mario Draghi, « c'est aux banques commerciales de décider ou non de baisser leurs taux de crédit ».

Un taux de dépöt négatif, une première historique

La BCE a également pris ce jeudi une décision historique. Aucune grande banque centrale ne l'avait en effet tenté avant elle. En abaissant en territoire négatif son taux de dépöt, la banque centrale prend le pari que les banques commerciales seront incitées à utiliser leurs réserves excédentaires pour financer l'économie, plutöt que de les stocker auprès de la BCE.

En effet, ce taux correspond au niveau de rémunération des liquidités déposées par les banques auprès de l'institution européenne. Au lieu de percevoir une rémunération, les banques devront désormais payer une taxe sur ces réserves dormantes, taxe qui sera prélevée par la BCE.

Objectif, pénaliser ces banques qui préfèrent épargner plutöt que de prêter aux particuliers et aux entreprises. Deuxième objectif, plus secondaire de cette technique financière, tenter de baisser le taux de change et donc diminuer la valeur de la monnaie européenne par la vente des liquidités des banques.

Les taux d'intérêt de la Banque centrale européenne (BCE) ont atteint « leurs limites »

Les taux de la BCE ne devraient pas descendre plus bas selon M. Draghi, qui a indiqué qu'ils resteraient « à leur [nouveau] niveau actuel un long moment ».

Avant de percevoir les premiers effets de ces différentes mesures, il faudra cependant attendre au minimum un an. Il faudra d'ici là que les marchés qui ont mis beaucoup d'espoir dans la BCE soit assez patients.

A terme, ces nouvelles décisions de la BCE pourraient mener à une augmentation de la croissance en Europe. Pour le moment, la BCE a abaissé sa prévision de croissance en Zone Euro pour 2014 à 1%, et relevé celle de 2015 à 1,7%.
 

Nos autres actualités

Précédent Suivant
Comparer gratuitement les crédits immobiliers

Notre fil d'info