Antoine Lissowski, un dirigeant "prudent" et "réfléchi" à la tête de CNP Assurances

La rédaction avec AFP • 15 Novembre 2018 • 18:49

Antoine Lissowski, nommé jeudi au poste de directeur général du groupe CNP Assurances, s'est forgé au fil des années une réputation de fin connaisseur des sujets d'assurance, ne manoeuvrant qu'avec prudence et après mûre réflexion.

Antoine Lissowski, un dirigeant "prudent" et "réfléchi" à la tête de CNP Assurances. . .

À 62 ans, Antoine Lissowski réalise ainsi une ambition de longue date: il avait déjà brigué le poste de directeur général en 2012, pour succéder au patron de l'époque Gilles Benoist. C'est finalement Frédéric Lavenir, en provenance du groupe BNP Paribas, qui lui avait été préféré.

M. Lissowski, qui cumulait depuis 2013 les postes de directeur général adjoint et de directeur financier, assurait déjà depuis septembre l'intérim à la tête du CNP, à la suite de l'annonce inattendue en juillet de la démission de M. Lavenir, officiellement pour "raisons personnelles".

Dans l'intervalle, l'État a fait part fin août de son intention de constituer un grand pôle financier public en mariant CNP Assurances et La Banque Postale, filiale bancaire de La Poste. Un chantier que le nouveau patron de l'assureur devra conduire ces prochaines années.

Diplômé de Sciences Po Paris et ancien élève de l'École nationale d'administration, Antoine Lissowski débute sa carrière en 1982 à la Caisse des dépôts et consignations où il occupe dans un premier temps des fonctions de responsable de la trésorerie devises et des eurocrédits, puis de responsable du développement commercial des activités sur les marchés monétaires et obligataires.

À partir de 1990, il occupe divers postes de direction jusqu'au tournant de 2003, année durant laquelle il quitte la Caisse des dépôts pour intégrer le directoire de CNP Assurances.

Il assure en parallèle la présidence de la Commission plénière économique et financière à la FFSA, l'un des ancêtres de la Fédération française de l'assurance.

À partir de juillet 2013, il accède aux postes de directeur général adjoint et de directeur financier du groupe d'assurance.

- "Professionnel reconnu" -

Ses compétences "et sa parfaite connaissance de l'entreprise ont amené le conseil d'administration à décider à l'unanimité de le nommer directeur général de CNP Assurances", a fait savoir dans le communiqué publié jeudi Jean-Paul Faugère, président du conseil d'administration de CNP Assurances.

"Il est très respecté dans le secteur de l'assurance, c'est un bon connaisseur de l'assurance-vie, mais il est aussi très bon sur les questions d'assurance des biens et des personnes", a expliqué à l'AFP Éric Lombard, l'actuel directeur général du groupe Caisse des dépôts et ancien patron de Cardif, filiale d'assurance du groupe BNP Paribas.

Surtout, "il maîtrise très bien tout ce qui touche aux placements financiers. Ainsi, au moment de la crise financière, il n'a acheté aucune des saletés qui avaient pollué le bilan d'autres acteurs. Sa prudence a fait que CNP a très bien traversé cette période. Il a fait preuve d'un grand sang-froid", ajoute M. Lombard.

"Ce n'est pas un garçon qui cherche la lumière. C'est plutôt quelqu'un de discret mais très cérébral. Il réfléchit mûrement avant de prendre une décision. Ce n'est pas un impulsif, c'est un très grand professionnel reconnu par la profession", dit aussi de lui un dirigeant bancaire français sous couvert d'anonymat.

Son entourage proche le décrit comme "un homme de culture, passionné de photographie".

Interrogé par l'AFP, un responsable syndical au sein de CNP Assurances affirme que sa nomination a été dans l'ensemble "bien accueillie" parmi le personnel.

"Nous sommes plutôt rassurés que ce soit lui. On le connaît, il connaît l'entreprise. C'est un homme de dialogue. Nous avons parfois des désaccords, mais c'est quelqu'un qui a une capacité d'écoute", ajoute cette source, qui estime toutefois que cette nomination sera "temporaire".

"Son rôle c'est l'intégration de CNP au sein de la Banque postale jusqu'en 2020, après quoi on s'attend à ce qu'un nouveau directeur plus jeune soit nommé", affirme ce responsable.

bt/soe/dga

Nos autres actualités

Précédent Suivant
Comparer gratuitement les crédits immobiliers

Notre fil d'info